Partenaire 2017 - Toulouse Pixel School

26/10/2017

Retirez-nous Photoshop

Merryl et Zia reçoivent Niki, homme à tout faire de la Toulouse Pixel School, notre partenaire 2017.


Merryl : D'abord un peu de présentation : qu'est ce que la Toulouse pixel school ?
Niki : La Toulouse Pixel School est une école de loisir qui initie à la création de jeux vidéo. Ses élèves sont des ados comme des adultes. Son objectif est de donner les bases théoriques et techniques pour aborder la création d'un jeu. S'agissant d'une école de loisir, le but n'est pas de professionnaliser les élèves mais simplement, de manière ludique, de leur donner les clés pour lancer leurs propres projets par la suite s'ils le désirent. Un des aspect important pour nous : mettre l'accent sur la création. Si les élèves apprennent la technique, ils travaillent aussi l'aspect créatif de leur jeu, notamment via le graphisme en pixel art ou le son.

Merryl : Qu'est ce qui vous a inspiré le concept et la création de l'école ?
Niki : Il s'agissait de combler un manque. En France, basiquement, il y avait deux moyens d'apprendre à créer un jeu. Soit en passant par une école (privée ou publique) qui forme les futurs pros du secteur, soit en autodidacte, ce qui peut parfois être un chemin long, fastidieux, et semé d'embûches. Avec la Toulouse Pixel School, nous permettons l'entre-deux : découvrir les bases de la création de jeux vidéo pour le plaisir, tout en étant accompagné de professionnels qui éviteront les pièges et conseilleront correctement.

Merryl : Pouvez-vous nous présenter votre sympathique équipe , et comment leurs points forts servent les objectifs de l'école mais aussi l'apprentissage des élèves ?
Niki : L'équipe est composée de 5 personnes. Yannick travaille sur un excellent jeu appelé "Double Kick Heroes" en plus d'être freelance dans le marketing auprès de studios de jeux vidéo. Julien est diplômé de L'ENJMIN et est game designer dans deux studios différents ! Maxime et Florent travaillent sur le jeu "oQo", un puzzle game musical qui fait déjà parler de lui. Quand à moi, je ne donne pas de cours mais je m'occupe de la logistique et de l'administratif (eh oui, il faut bien!)

Merryl : J'ai vu sur votre site que vous donniez des cours, mais aussi des stages et des ateliers. Quelles sont les différences et à qui s'adressent-ils ?
Niki : Les stages proposent des initiations plus poussées dans un domaine spécifique comme la programmation, le game design ou le pixel art par exemple.

Merryl : Attendez-vous de vos élèves un niveau d'études ou de code en particulier ?
Niki : Pour le moment, tous les cours s'adressent à des débutants. Il suffit de savoir utiliser un ordinateur de façon "habituelle", rien de plus. Vous savez faire un clic-droit/nouveau/dossier, ou fichier/enregistrer sous ? Vous avez le niveau ! Nous n'attendons de nos élèves que la volonté d'apprendre et de s'amuser à créer :)

Merryl : Sur quel matériel et quels logiciels travaillez vous ?
Niki : Nous travaillons sur des ordinateurs portables, que nous fournissons aux élèves le temps des cours. Le fait qu'ils soient portables nous permet de les apporter avec nous sur les ateliers que nous proposons en médiathèque ! Pour les logiciels, le principal est Unity, un logiciel pro disponible gratuitement tant qu'on ne vend pas le jeu qui en sort. On utilise aussi d'autres logiciels spécifiques pour le traitement du son et l'animation 2D.

Merryl : Et on ressort de chez vous avec son propre jeu vidéo ?
Niki : À la fin de la session d'initiation, les élèves auront travaillé plusieurs heures sur un jeu spécifique développé par les profs. Ils auront appris à le créer et à se l'approprier, l'auront modifié de sorte que ce sera leur jeu !

Merryl : À quels métiers peuvent aspirer vos élèves à la sortie de vos formations ?
Niki : S'agissant d'une école de loisir, nos formations ne sont pas professionnalisantes. En revanche, nous serions ravis d'apprendre que ça aura déclenché des vocations :D

Merryl : Avez-vous des conseils à donner à des aspirants jeux vidéastes ?
Niki : Se lancer ! Ça paraît hyper technique, voire insurmontable, mais aujourd'hui c'est bien moins vrai qu'il y a quelques années. Logiciels gratuits, tutos YouTube, forums, game jams, associations de développeurs (comme le Toulouse Game Dev), cours et stages comme ceux de la Toulouse Pixel School pour faciliter tout ça... les occasions d'apprendre, de partager et de pratiquer ne manquent pas !

Merryl : Un petit exemple à nous montrer ? On est entre nous...
Niki : On aura des exemples quand les premières sessions seront terminées !

Zia : Sinon, la BD, l'illustration, dans votre équipe, vous aimez ? Vous lisez quoi ?
Niki : La pop culture, c'est notre dada ! La BD, nous connaissons plutôt bien, et à nous cinq, nous lisons de tout. Romans graphiques, franco-belge, comics, manga, tout y passe. Question jeux vidéo, j'aime beaucoup la série de BD The Lapins Crétins, ses auteurs parviennent à nous faire rire à grands coups de gags bien ficelés qui souvent jouent intelligemment avec les codes de la BD et l'objet-livre. Pouce en l'air pour les auteurs !

Zia : C'est vous qui allez choisir la contrainte pour cette édition, vous vous orientez plus vers un truc technique ou farfelu ?
(Niki chuchote)
Zia : Ah mais c'est très bien ça ! Très technique mais assez farfelu, ça devrait stimuler nos tortues.

Zia : Est-ce que vous allez porter des kilts pour suivre le mouvement ?
Niki : Si seulement nous en avions sous la main ! Nous nous contenterons de costumes de Mario, jeux dans lesquels les tortues ont une place spéciale ;)

Zia et Merryl : Merci pour tout Niki. À samedi !
Niki : À samedi :)


Pour en savoir plus sur la Toulouse Pixel School : http://www.toulousepixelschool.fr/

Nom*
E-mail*
Site
Laisser un commentaire